Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Suivez les actualités de mon blog avec le flux RSS

banner.png

LogUDI.jpg

background.png

bg_header.png.jpg

Rechercher

14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 10:59

Madame, Monsieur,

Bien que cela nous éloigne des questions purement locales et des élections
au conseil général de Loire-Atlantique, je ne peux rester insensible à la
"nouvelle" que constitue le score élevé attribué à Marine Le Pen par les
sondages en vue des prochaines présidentielles.

Face à cela, la réaction des partis traditionnels a été pour le moins
lamentable: la gauche accuse Nicolas Sarkozy de favoriser l'ascension du FN,
comme si c'était le problème, une députée UMP parle de "remettre les
immigrés sur les bateaux", et des sénateurs des deux camps veulent "modifier
la loi sur les sondages", pour d'obscures raisons méthodologiques. Le malade
a la fièvre ? Cassons le thermomètre ! Gageons que face à un tel déluge
d'imbécillités, Marine Le Pen a encore gagné un ou deux points.

Cela est d'autant plus désolant que Marine Le Pen n'a aucune solution
concrète à proposer aux français. Ou plutôt si: la mise en place d'un régime
autoritaire, fondé sur la ségrégation, et d'une économie sous contrôle de
l'état, repliée sur elle même. Ceux qui ont assisté à son débat télévisé
avec Jean-Luc Mélenchon auront eu bien du mal à faire la différence entre
les propositions de l'extrême droite et celle de l'extrême gauche:
nationalisations stratégiques, anti-mondialisme compulsif, contrôle de
l'état sur tous les aspects de notre vie. D'ailleurs, nombre de candidats du
FN sont passés par le NPA et autres engeances de l'ultra-gauche. Le
programme de Marine Le Pen est donc ultra-socialiste économiquement, et
ultra-nationaliste pour tout le reste: nationaliste et socialiste, cela ne
vous rappelle rien ?

Nicolas Sarkozy a promis plus de sécurité en 2007: il paie sur sa droite son
absence de résultats en la matière. En outre, les partis politiques
traditionnels refusent tout débat sur les préoccupations pourtant réelles
qui poussent des français toujours plus nombreux chez les joueurs de
bonneteau de l'extrême. Pire, comme je l'ai posté sur mon blog
http://laurent.revranche.over-blog.com/, ils ont fait voter des lois qui
interdisent d'en débattre. Ainsi Eric Zemmour a-t-il été condamné pour avoir
osé dénoncer un phénomène vieux comme le monde, mais qui a pris une ampleur
inconnue jusqu'alors, à savoir l'existence de mafias dans les quartiers
défavorisés, qui ont transformé nombre de cités de France en zones de non
droit. Impossible d'en dire plus: je ne puis m'offrir le luxe d'une plainte
comme celle subie par ce journaliste, dont je ne partage pas toutes les
vues - notamment la fixation qu'il semble faire sur les questions ethniques
au détriment des problématiques socio-économiques- mais qui devrait avoir
sans réserve le droit de les exprimer.

Pouvoir parler des aspects politiquement incorrects de l'insécurité sans
risque de se faire trainer dans la boue et devant les tribunaux, quitte à
pouvoir dire des choses qui dérangent, est le premier pas pour permettre à
la société civile de trouver des solutions locales et nationales, sans
faiblesse mais respectueuses de nos principes humanistes. Sans quoi, faute
de pouvoir parler, les français seront toujours plus nombreux à utiliser le
dernier moyen d'expression légal qui leur reste: le vote à l'extrême droite.

Enfin, lorsque l'on lit que dans certaines régions, les tribunaux n'arrivent
plus à payer leurs fournisseurs, que plus du quart des peines de prison ne
sont jamais exécutées, qu'il faut souvent plusieurs années pour qu'un
coupable d'agressions soit jugé, alors on comprend qu'une certaine
exaspération s'empare de nos concitoyens. Je suis contre l'expansion des
dépenses publiques, sauf dans un seul domaine, celui de la justice: celle ci
doit pouvoir agir sans délai, sans craindre de fausses accusations d'on ne
sait quelles discriminations ni les représailles physiques sur ses
magistrats et policiers, et les peines prononcées doivent être appliquées,
quitte à accélérer la constructions de nouvelles prisons, éventuellement
avec l'aide du secteur privé. Retrouvons une justice qui punit réellement
les bandes mafieuses, permettons un vrai débat libre sur les sujets
aujourd'hui légalement tabous, et rapidement, les solutions extrêmes et
simplistes de Madame Le Pen apparaîtront bien moins intéressantes aux
français.

Bien cordialement

Laurent REVRANCHE

Partager cet article

Repost 0
Published by Laurent REVRANCHE - dans Elections cantonales
commenter cet article

commentaires

Natrép 16/03/2011 21:39


Encore un faux libéral qui fait l’impasse sur les questions liées à l’immigration et se vautre dans l’usage péremptoire de l’appellation infamante d’« extrême droite »…

1) « comme si c'était le problème, une députée UMP parle de "remettre les immigrés sur les bateaux" »
Parce que pour vous, cela n’est pas un problème que de faire respecter la loi ? Première nouvelle.
Bien entendu, Chantal Brunel ne parle probablement que par démagogie court-termiste, mais ceci n’enlève rien au fond.

2) « Cela est d'autant plus désolant que Marine Le Pen n'a aucune solution concrète à proposer aux français. Ou plutôt si: la mise en place d'un régime autoritaire, fondé sur la ségrégation »
Bonjour la diffamation pure et simple… Je vous mets au défi de trouver la moindre atteinte à la démocratie ou à l’égalité de traitement des citoyens français dans le programme du FN.

3) « anti-mondialisme compulsif »
Un vrai libéral devrait être contre le mondialisme, qui est un projet politique distinct du phénomène de mondialisation avec lequel on a trop tendance à le confondre (y compris au FN, certes).
http://fr.liberpedia.org/Mondialisme

4) « contrôle de l'état sur tous les aspects de notre vie »
Encore un mensonge : le FN a toujours été pour la suppression des lois liberticides, notamment en matière de liberté d’expression, et la réduction drastique du matraquage fiscal ; par ailleurs, la
charge de la preuve vous revient encore pour exhiber le prétendu contrôle social que vous dénoncez dans son programme.

5) « Le programme de Marine Le Pen est donc ultra-socialiste économiquement »
Son père était effectivement bien plus libéral, mais le préfixe « ultra- » prête à rire puisque l’UMP a quant à elle augmenté les charges (au moins 22 taxes supplémentaires sous Sarkozy !) et est
donc plus socialiste que le FN ; vous devriez savoir que ce préfixe est une arme de diabolisation au service de ceux qui n’ont rien à répondre (ne vous êtes-vous jamais fait traiter d’«
ultralibéral » ?).

6) « ultra-nationaliste pour tout le reste »
Même remarque que précédemment pour « ultra- » : affirmation vide de sens.

7) « nationaliste et socialiste, cela ne vous rappelle rien ? »
Et un point Godwin ! Savez-vous que la diffamation est poursuivable en justice (même si je pense que personne ne va en pratique venir vous embêter) ?

8) « l'existence de mafias dans les quartiers défavorisés »
Ces quartiers ne sont pas « défavorisés » : bien au contraire, ils sont les premiers bénéficiaires des subventions publiques !

9) « [Éric Zemmour], dont je ne partage pas toutes les
vues - notamment la fixation qu'il semble faire sur les questions ethniques au détriment des problématiques socio-économiques »
L’explication « socio-économique » de la criminalité ne tient pas la route deux secondes : c’est la tendance au comportement antisocial qui est un facteur explicatif majeur, pas la pauvreté ;
sinon, comment expliquez-vous la chute spectaculaire du nombre d’homicides aux États-Unis avec la crise ?
http://www.valeursactuelles.com/parlons-vrai/parlons-vrai/crise-aussi-pour-voyous.html

10) « Sans quoi, faute de pouvoir parler, les français seront toujours plus nombreux à utiliser le dernier moyen d'expression légal qui leur reste: le vote à l'extrême droite. »
Vous êtes naïf : en réalité, la libération de la parole validerait le diagnostic du FN en matière d’immigration et d’insécurité dans les grandes largeurs, lui garantissant de grands succès
électoraux ; c’est justement pour cela que la liberté d’expression est bridée en France par les grands partis en place qui cherchent à se maintenir au pouvoir.

11) « Enfin, lorsque l'on lit que dans certaines régions, les tribunaux n'arrivent plus à payer leurs fournisseurs, que plus du quart des peines de prison ne sont jamais exécutées, qu'il faut
souvent plusieurs années pour qu'un
coupable d'agressions soit jugé, alors on comprend qu'une certaine exaspération s'empare de nos concitoyens. Je suis contre l'expansion des dépenses publiques, sauf dans un seul domaine, celui de
la justice: celle ci doit pouvoir agir sans délai, sans craindre de fausses accusations d'on ne sait quelles discriminations ni les représailles physiques sur ses magistrats et policiers, et les
peines prononcées doivent être appliquées, quitte à accélérer la constructions de nouvelles prisons, éventuellement avec l'aide du secteur privé. Retrouvons une justice qui punit réellement les
bandes mafieuses, permettons un vrai débat libre sur les sujets aujourd'hui légalement tabous, et rapidement »
Tiens, vous êtes sur la même longueur d’onde que le FN, c’est amusant.

12) « les solutions extrêmes et simplistes de Madame Le Pen apparaîtront bien moins intéressantes aux français. »
Malheureusement pour votre petite musique, nous venons de voir ensemble que les solutions de Madame Le Pen sont, sur ce point, essentiellement les mêmes que les vôtres.
Par ailleurs, il serait bon de définir proprement ce qu’est une solution « extrême[] », et en quoi il y aurait quoi que ce soit de « simpliste[] » dans sa politique sécuritaire.

En vous attaquant au FN, parti raisonnable injustement diabolisé, vous faites le jeu des gens en place qui ne demandent que cela.